Bienvenue dans le nouveau monde (ed. Premier Parallèle)

Le jour où Mathilde Ramadier, jeune Française expatriée à Berlin, reçoit dans sa boîte mail le « Welcome Kit » de la startup qui vient de l’embaucher, elle ouvre de grands yeux ronds. « Chère Mathilde, bienvenue chez The Base ! Tu trouveras ci-joint le Welcome Kit qui t’expliquera tout pour tes nouvelles aventures chez nous. Enjoy ;) ! À demain. Joanna. » L’entreprise promet une vie cool, dans un environnement friendly ponctué de smileys. Un employé est en retard ? Il le paiera, le lendemain, en croissants chauds pour toute l’équipe — ou plutôt la « team ». Une « team » dans laquelle on n’est jamais « stagiaire », mais toujours « manager » de quelque chose.

Un rêve éveillé ? Les habits neufs de la précarité, en vérité. Où le « management du bonheur » cache l’organisation d’une concurrence impitoyable entre des travailleurs jetables et sous-payés. De ses diverses expériences dans la Silicon Allee berlinoise, Mathilde Ramadier a rapporté un récit au vitriol. Elle y mêle anecdotes personnelles et analyse de cette novlangue abêtissante qui fait passer les employés du service clients pour des « réparateurs de bonne humeur ». Ou comment toute une génération, ici comme ailleurs, se casse le nez en fonçant dans le mur de la « nouvelle économie ».
« Bienvenue dans le nouveau monde », vous dit-on.

Disponible en papier en librairie et en ebook sur le site de l’éditeur.

Extraits du courrier des lecteurs depuis la parution sur la page Facebook de l’éditeur.

Tribune sur le sexisme suite à la parution chez Cheek.